Les perturbateurs endocriniens dans l’alimentation

Accueil / Mes conseils et astuces / Grossesse / Les perturbateurs endocriniens dans l’alimentation
Les perturbateurs endocriniens dans l’alimentation

Limiter les perturbateurs endocriniens

On entend de plus en plus de choses au sujet de ces perturbateurs endocriniens. Mais où se cachent-ils dans notre cuisine ? Faut-il changer nos habitudes ? Que peut-on utiliser ou pas ? On vous en dit plus dans cet article qui vous propose un outil pour savoir comment quels ustensiles et quels aliments privilégier en cuisine.

 

C’est quoi les perturbateurs endocriniens ?

L’ANSES précise que « Les perturbateurs endocriniens sont des substances capables d’interférer avec notre système hormonal, entrainant des effets délétères. ». En déréglant notre système hormonal, ces composés vont entraîner des effets négatifs, mauvais pour la santé.

Durant la grossesse, la petite enfance ou encore durant la puberté, l’organisme humain est particulièrement sensible aux perturbateurs endocriniens.

Que disent les spécialistes ?

Actuellement, de nombreuses études scientifiques sont en cours. Et beaucoup ne sont pas encore terminées. Nous manquons donc encore de résultats et donc d’informations à ce sujet.

En revanche, il y a déjà des certitudes, pour les phtalates par exemple.

Comment les éviter ? 

Comme vous le verrez dans notre outil, un certain nombre de précautions peuvent être prises. Cela concerne :

  1. Les aliments, notamment
  • Beurre, fromages,
  • Poissons,
  • Fruits et légumes (pour ceux venant de très loin et issus d’agriculture intensive*).
  1. Les ustensiles utilisés pour cuisiner (cuillères pour mélanger, …),
  2. Les contenants,
  3. Les cosmétiques,
  4. Les produits d’entretien.

Côté matériel de cuisine

Dans l’idéal, tentez :

  • De remplacer le film étirable par une cloche pour chauffer des aliments au micro-ondes.
  • D’utiliser de préférence des casseroles ou poêle en céramique, en verre, en fonte ou encore en inox,
  • De transvaser les plats du commerce vendus dans des emballages en plastique (type plats achetés au rayon « traiteur » de votre supermarché) dans une assiette ou un plat avant de les réchauffer,
  • De conserver vos restes dans des récipients en verre (si vous n’avez pas de boite de rangement spécialement prévue pour ça, un bocal à cornichons peut la remplacer par exemple pour stocker un reste de soupe).

Côté aliments

Si vous consommez un produit qui vient de loin (ex. : ananas, mangue, haricots verts du Kenya) ou si vous l’achetez quand ce n’est pas sa saison de production (ex. : des fraises à Noël), il a alors plus de risques qu’il ait été traité avec des pesticides (qui est un des perturbateurs endocriniens) ; surtout s’il n’est pas issu de l’agriculture biologique.

Si possible, essayez de privilégier :

  • Les circuits courts ou des produits locaux, cultivés près de chez vous,
  • Les légumes et fruits de saison.

Si ce n’est pas possible, évitez alors les fruits et légumes exotiques avant 2 ans.

Pour plus d’info, allez lire l’article de Mpedia.

 

Découvrir d’autres articles

Rejoignez-nous

…….Inscription…….

Vous êtes enceinte ou vous avez un enfant de moins de 3 ans ?

Vous avez un petit budget ?

Malin pour bien grandir