Enfant difficile à table : comment le gérer?

Accueil / Mes conseils et astuces / 1/3 ans / Enfant difficile à table : comment le gérer?
Enfant difficile à table : comment le gérer?

Gérer la crise d’un enfant lors de la prise de ses repas !

Voir un enfant manger un peu de tout est un vrai plaisir. Mais avoir un enfant qui mange très peu et/ou qui n’aime rien peut vite devenir un enfer ! Comment faut-il alors réagir ? Le forcer ? Lui laisser choisir ce qu’il aime ? Le laisser regarder la télé pendant les repas ? On vous apporte quelques idées pour tenter de simplifier cette situation.

Ne pas trop en donner

Pour éviter de décourager votre enfant, proposez-lui une petite quantité du plat qu’il n’aime pas trop. S’il voit qu’il y a peu de carottes par exemple dans son assiette, il sera plus motivé pour les manger. Alors que si son assiette est très remplie, il sera découragé de voir tout ce qu’il va devoir avaler… C’est un peu comme vous lorsque vous êtes invité à manger chez amis et qu’ils vous servent un plat dont vous n’êtes pas amateur : par politesse et en faisant un effort, vous en prendrez un tout petit peu…

Selon son âge, vous pouvez même lui proposer de se servir tout seul, et sous votre surveillance, du plat qu’il n’aime pas trop. C’est une façon de lui montrer que vous le traitez comme un grand et de lui donner confiance en lui. Une seule règle s’applique alors : il doit manger ce qu’il a mis dans son assiette.

Et peu importe qu’il n’ait pris qu’une seule cuillère à soupe de potiron : le plus important est de goûter.

Ne pas insister

Avoir un enfant qui mange très peu n’aide pas à avoir une ambiance détendue à table. En tant que parents (ou assistante maternelle, puéricultrice, …), vous pouvez être tenté(e)s de passer le repas à vous occuper de lui pour faire en sorte qu’il mange un minimum.

Pourtant, pour certains enfants, il faudrait faire tout le contraire ! Même si cela est particulièrement difficile, essayez d’ignorer le plus possible le fait qu’il n’avale presque rien. Pourquoi ? Parce que moins vous accordez d’importance à la situation, plus vite elle changera ! En plus, si vous ne vous occupez pas de lui, l’enfant cherchera peut-être à attirer votre attention. Et quelle meilleure façon de faire que de manger ce qu’il a dans son assiette ?

Cuisiner autre chose ? 

Voir son enfant manger peu à table peut inquiéter un parent, et c’est normal. Du coup, vous pouvez être tenté de lui préparer rapidement autre chose à manger, et quelque chose qu’il aime, comme des pâtes, de la purées, … Même si vous pensez bien faire, cette habitude n’est malheureusement pas bonne pour votre enfant.

Tant qu’il était petit, c’était uniquement vous qui décidiez ce que votre enfant allait manger. Et maintenant qu’il est plus grand… et bien c’est pareil ! Même si ce n’est pas toujours simple, c’est à vous parents de décider ce qu’il y aura dans l’assiette de votre enfant. Par contre, c’est à lui de “gérer la quantité” qu’il va consommer, en le guidant pour qu’il reste raisonnable.

Lui donner son dessert ?

Le fait qu’il n’ait pas fini son plat principal ou qu’il n’ait pris que quelques cuillères de courgettes ne doit pas l’empêcher d’avoir la suite du repas. Pourquoi ? Parce que dans ce genre de situation, l’important n’est pas de manger mais simplement de goûter ! Donc à partir du moment où il en a pris au moins une à deux cuillères à café, il peut continuer son repas et manger ce que vous avez prévu pour le dessert.

En revanche, faîtes en sorte de proposer une fin de repas simple et saine. Par exemple, proposez-lui un seul yaourt et un seul fruit. Et ne lui en donnez pas deux fois plus sous prétexte qu’il a peu mangé et qu’il risque d’avoir faim très bientôt. Sinon, il finira par croire qu’il pourra toujours avoir quelque chose qu’il aime davantage et en grosses quantités ! Ce qui ne sera pas le cas quand il sera à la cantine ou chez des amis…

Et puis, si vous réussissez à ne pas lui donner un gros dessert pour le caler, votre enfant comprendra petit à petit que s’il ne veut pas avoir faim rapidement après le repas, il faut qu’il mange davantage à table, quand c’est le moment. Et l’idée ici, n’est pas du tout de le forcer à manger des aliments qu’il n’aimerait pas. Mais plutôt de l’inciter à goûter plusieurs fois un aliment qu’il pense ne pas aimer pour finalement peut-être, au bout de 7 à 10 présentations, finir par l’apprécier ! Évidemment, cela ne marchera pas à tous les coups. Et votre enfant, comme n’importe qui, a le droit de ne pas aimer certains aliments !

Imprimer cet article Imprimer cet article

Découvrir d’autres articles

Rejoignez-nous

…….Inscription…….

Vous êtes enceinte ou vous avez un enfant de moins de 3 ans ?

Vous avez un petit budget ?

Malin pour bien grandir